Devise actuelle €Convertir en $CAD

Les coureurs des bois font partie de la création du Canada tel qu’on le connait aujourd’hui. Élément central de ce pays de grands espaces, de froid et de neige, le coureur des bois a dû, au fil du temps, s’adapter et évoluer avec son environnement et la société qui l’entoure. Mais il est toujours vivant et il vous attend au Canada!

Le coureur des bois au temps des Amérindiens

Lorsque notre beau Québec s’appelait encore la Nouvelle-France, la fourrure était très recherchée et des milliers d’Européens exploraient la forêt afin de traquer des bêtes au poil soyeux. Bravant l’été les nombreux insectes piqueurs et l’hiver des froids inimaginables, ces aventuriers vivaient de la vente des peaux de fourrure et utilisaient la viande pour nourrir la famille.

Évidemment, l’arrivée massive de ces blancs avides de fourrures a modifié grandement le mode de vie des Amérindiens, alors qu’un système de troc s’est installé : les peaux récoltées par les Amérindiens habiles contre les trésors des Européens! Par la suite, le troc s’est effectué directement entre commerçants de fourrure, ce qui entrainé la diminution des chasseurs amérindiens.

Avec le temps, le métier de coureurs des bois s’est organisé, avec des permis délivrés par la France, des prix de vente fixes et des quotas, et s’est aussi répandu dans différentes régions du Québec. Dans les Hautes-Laurentides, c’est vers 1680 que les premiers coureurs des bois européens font leur arrivée.

Coureur des bois, un métier qui respecte l’environnement

Encore aujourd’hui, les coureurs des bois s’enfoncent dans des contrées éloignées, là où personne n’a laissé ses traces, ceci afin d’y faire une récolte de fourrures intéressante. Évidemment, en plus de 400 ans, la réalité du coureur des bois a bien changé! Ce qui le motive, ce sont sa passion des grands espaces en plus de sa recherche de la beauté. Parce que la fourrure des animaux du Canada est reconnue pour sa beauté, sa douceur, sa grande qualité. La fourrure fait patrie du patrimoine canadien depuis des siècles et, même si les techniques de trappe d’animaux ont bien changé, le souci de respecter la nature demeure le même.

Des coureurs des bois écoresponsables

Les pratiques des coureurs des bois se font de façon respectueuse et la gestion de la faune demeure toujours la priorité. Notamment, l’Association régionale des trappeurs de Laurentides-Labelle, comme plusieurs autres au Canada, vise à :

  • Perpétuer et promouvoir les droits acquis de ce mode de vie ancestral et traditionnel des trappeurs descendant des coureurs des bois autochtones, métis et québécois qui vivent en famille cette profession depuis 400 ans.
  • Promouvoir le code d’éthique du trappeur, l’exploitation rationnelle des animaux à fourrure et le trappage humanitaire.

L’Institut de la fourrure du Canada est une excellente source d’informations pour ceux qui souhaitent en apprendre davantage sur ce métier fascinant!

Envie de devenir coureur des bois le temps de vos vacances d’hiver au Canada? Contactez-nous, nous avons une expérience authentique et stimulante à vous proposer!

 


HAUT DE LA PAGE
Constella