Devise actuelle €Convertir en $CAD

Pour mieux profiter de votre séjour au Québec, il y a un must : apprendre l’accent des Québécois pour mieux échanger avec eux! Voici quelques petites particularités sur la façon de parler au Québec que vous devez absolument connaitre avant vos vacances au Canada français!

Paraitrait que le français parlé au Québec actuellement se rapproche beaucoup, beaucoup du français parlé en France avant le 17e siècle. C’est ce que dit l’histoire…

Couper les mots pis aller à l’essentiel

C’est ce que font les Québécois lorsqu’ils s’expriment. Voici quelques exemples :

À la place de dire Il est où…, l’habitant du Québec s’en tient à Yé où

Par exemple, s’il vous demande Y’é où el dépanneur, vous risquez de le faire répéter! Parce que oui, certains inversent aussi certaines lettres!

Pareil pour la plupart des déterminants qui perdent quelques lettres.

Par exemple, Elle devient A, comme dans A l’a-tu été faire de la motoneige aujourd’hui? Et non Est-ce qu’elle est allée en motoneige aujourd’hui?

Je suis passe aussi dans le collimateur du parler québécois : Chu fatigué, Chu arrivé, Chu icitte (lire l’article jusqu’au prochain paragraphe pour comprendre!).

Faque je dois aller à Montréal. Faque ici est un diminutif très, très diminué de Ce qui fait que.  

Et bien, vous venez au Canada ou pas? Cette belle phrase, version québécoise, devient Ben, tu viens-tu ou tu viens pas? On coupe le Et, on ajoute un Tu. Tout à fait québécois comme structure grammaticale.

Ajouter des lettres pour faire plusss vrai

Comme dans :

Icitte : enwoye icitte! (petit, quand ta mère te lançait ça, tu y allais assez rapidement).

Toute : Y’était toute croche (c’est féminin, c’est masculin… Peu importe).

Boutte : Aller jusqu’au boutte du sentier (c’est encore plus loin que le bout, je vous le garantie).

Y fait frette (et ça, c’est encore plus froid que froid).

Expressions en rafale

Sacrer son camp : partir, quitter (ex. : on a très hâte que le froid sacre son camp).

Dormir au gaz : être au ralenti, ne pas réagir à temps (ex. : Les Canadiens de Montréal ont dormi au gaz cette année).

Faire du train : faire du bruit (ex. : arrête de faire du train, je veux entendre les petits oiseaux).

C’est pas vargeux : c’est pas fameux (il s’agit d’une vieille expression que même plusieurs Québécois ne connaissent pas. Vous voulez épater? Sortez-la lors d’un séjour dans une auberge de la forêt au Québec, ils vont tripper fort!).

Pour ceux qui veulent pousser la leçon plus loin, je vous invite à écouter ce reportage typiquement québécois qui compare l’accent français à celui de vos cousins. Drôle et instructif!

Là-dessus, à la revoyure!


HAUT DE LA PAGE
Constella