Devise actuelle €Convertir en $CAD

Au Québec, de novembre à avril, la neige est omniprésente. Dans les rues, sur les champs et les vallées, au top des montagnes, sur les tuques et les mitaines, parfois dans les bottes et sur le bout du nez. Sans oublier qu’on l’utilise volontairement dans la fabrication de la tire d’érable. Quoi, vous n’avez pas encore goûté ce petit délice du Canada? N’attendez-plus…

Pendant cinq longs mois, la neige se loge au cœur même des préoccupations des Québécois. Par conséquent, elle tient une place de choix également dans le langage des gens du Québec. Ici, c’est pas juste en motoneige, en ski et en traineau à chiens qu’on entretient une liaison avec la neige. C’est aussi avec la langue!

Voici le top quatre des expressions enneigées du Québec :

1.  Faire boule de neige

Se dit à propos d’un événement ou d’un phénomène qui prend d’importantes proportions, comme une boule de neige qu’on roule sur le sol et qui grossit, grossit.

 

Par exemple : Nos forfaits de vacances d’hiver au Canada font boule de neige.

 

2.   Avoir déjà vu neiger

Cette expression signifie qu’on a une certaine expérience, qu’on connait le sujet ou qu’on a déjà vécu une situation similaire.

 

Par exemple : Laisse tomber les instructions sur la conduite d’une motoneige, j’ai déjà vu neiger.

 

3.  Être blanc comme neige

On utilise cette expression lorsqu’on veut signifier que quelqu’un est innocenté d’un crime ou d’une accusation.

 

Par exemple : Cet enfant n’a pas envoyé sa rondelle de hockey sur les voitures. Il est blanc comme neige.

 

4.  Fondre comme neige au soleil

Disparaitre très rapidement, en parlant d’une chose. Voilà la signification de cette expression.

 

Par exemple : La bûche de Noël que nous avons servie au réveillon a fondu comme neige au soleil. Elle a été mangée rapidement.

 

La neige, c’est aussi : boule de neige (un champignon comestible), perce-neige (une jolie fleur blanche qui pousse au printemps), l’abominable homme des neiges (le yéti), pour ne nommer qu’eux.

En terminant, laissez-moi vous citer deux jolies paroles de Félix Leclerc, poète et auteur québécois décédé en 1988 :

Il neige du duvet d’oreiller.

Quand il neige à plein temps, c’est comme du silence qui tombe. 


HAUT DE LA PAGE
Constella