Devise actuelle $CADConvertir en €

Durant le mois de janvier au Canada, le thermomètre affiche en moyenne -20 degrés Celsius (-4 degrés Fahrenheit pour ceux qui préfèrent cette mesure). C’est froid, très froid. En y ajoutant la température véritablement ressentie quand le vent et la poudrerie s’en mêlent, on atteint facilement les -40 degrés Celsius.

Qu’à cela ne tienne, on sort dehors avec nos grosses bottes imperméables à doublure hyper chaude et isolante, les semelles qui crissent sur la neige gelée. Nos narines, bien que camouflées par un foulard de laine tricoté serré, semblent vouloir se coller ensemble, un réflexe peut-être pour éviter que l’air glacial ne s’y engouffre! Nos mains, emmitouflées dans des mitaines (des moufles pour certains) conçues pour les conditions les plus extrêmes, donnent l’impression de vouloir se recourber sur elles-mêmes.

Est-ce que ce froid nous empêche de profiter de nos activités extérieures favorites? Absolument pas.

SURvivre à l’hiver québécois

Les Québécois pure laine et les Québécois d’adoption vous le diront, ici on fait plus que survivre au froid de l’hiver. On SURvit, c’est-à-dire qu’on en profite au maximum et qu’on oublie tous les désagréments décrits plus haut. De toute façon, on s’habille en conséquence, assez chaudement pour ne pas avoir froid. Et on est heureux de partager nos vêtements chauds avec la visite!

Nos activités d’hiver préférées

Petite précision : les activités d’hiver préférées des Québécois, on ne peut pas les mettre en ordre d’appréciation. Alors que certains raffolent du ski de fond et de la raquette à neige, d’autres préfèrent l’adrénaline et les sensations fortes qu’apporte la motoneige. Au Québec, on va dehors pour jouer au hockey, pour faire du VTT, du ski alpin, des bonhommes de neige, du patin à glace, de la pêche blanche, de la glissade sur tube, des batailles de balles de neige. On va aussi dehors pour enlever la neige à coup de pelle afin de pouvoir sortir la voiture du stationnement, et plusieurs s’entendent pour affirmer que ce n’est pas notre activité d’hiver favorite. Surtout un lundi matin, après une bonne bordée de neige!

Des hivers québécois plus doux

Réchauffement climatique oblige, les hivers du Québec sont de plus en plus doux. Les périodes de froid extrême durent moins longtemps et font place à des p’tites douceurs. 

Des hivers plus doux pour l’avenir, c’est ce que prévoient les météorologistes. Ce qui n’a toutefois pas empêché une tempête historique de s’abattre sur Terre-Neuve, une province de l’est du Canada. Nous sommes de tout cœur avec ces habitants qui ont reçu 76 centimètres de neige. Il y a des limites à aimer la neige…!


HAUT DE LA PAGE
Constella